L’inadmissible attentat islamiste de Strasbourg qui n’aurait jamais du se produire

Y’en a marre ! Y’en a marre que le même processus des attentats islamistes dans notre pays se répète indéfiniment de la faute de nos dirigeants et des prétendus « responsables » de notre sécurité. A savoir les politiciens incompétents et la justice laxiste au-delà de toute imagination. Je connais par coeur le marché de Noël pour m’y être rendu à plusieurs reprises car il est sans aucun doute l’un des plus beaux en Europe. Je connais aussi ses prétendues mesures de protection. Parlons-en de ces mesures. De la poudre aux yeux. Non, de la poudre de perlimpinpin comme dirait Manu. Pourtant, rien de plus simple que de protéger le marché de Noël de Strasbourg. Pourquoi ? Parce que le centre historique, où se déroule le marché de Noël, est une île seulement accessible par des ponts. Contrôlez les ponts et vous controlez le centre.

Des barrages de sécurité sont censés filtrer tous les piétons qui veulent se rendre au marché. Ils se situent sur tous les ponts de Strasbourg qui donnent accès au centre historique. Fin novembre, date de l’ouverture du marché, je me suis rendu au marché de Noël avec des amis. Le hasard veut que nous sommes passés sur le pont du corbeau par lequel est venu le terroriste islamiste. Le pont du corbeau n’est pas n’importe quel pont. Il peut-être considéré comme le principal passage pour se rendre dans le centre de la ville. Je suis passé le premier. J’avais une sacoche et je portais une grande veste fermée. J’ai du ouvrir ma sacoche mais, à ma grande surprise, aucune palpation corporelle. Aucune demande d’ouvrir ma veste pour voir si je n’y dissimulais pas une ceinture d’explosifs ou une arme de poing. Je suis donc passé comme une lettre à la poste. Même absence de contrôle sérieux pour mes amis. Ce contrôle est assuré par des agents qui ne sont pas des policiers ou des gendarmes. Agents de sécurité d’une société privé ou agents de la ville ? Je ne le sais pas. Ce que j’ai noté c’est une forte présence en leur sein de la diversité comme on dit en France en 2018.

Bref, tous les Strasbourgeois et tous les touristes savent que les fameux contrôles aux entrées de la ville sont totalement bidons. Le terroriste islamiste, né à Strasbourg, le savait aussi. Il en a profité. Logiquement. Implacablement. Dans ces conditions entendre les journalistes sur les chaînes d’information répéter en boucle que les mesures de sécurité pour le marché de Noël sont draconiennes est une aimable plaisanterie qui souligne surtout le manque de professionnalisme de ces personnes qui agissent davantage comme des perroquets qui reprennent la vulgate officielle plutôt que de mener un travail d’enquête approfondie sur la question.

Mais le problème est bien plus grave. Plus profond. Comme l’a souligné le géopoliticien Alexandre Del Valle : «A chaque fois le terroriste est connu pour des faits communs, pour terrorisme, pour radicalisation, on sait quelle mosquée il fréquentait, mais tous ces gens-là sont dans la nature. C’est absolument incroyable»

Oui, INCROYABLE et INADMISSIBLE. Car Cherif Chekkat, dont les télévisions s’abstiennent de diffuser son nom et sa photo, c’est non seulement un fiché S, un type dangereux identifié comme un radicalisé islamiste mais aussi un délinquant impliqué dans des braquages violents, une tentative de meurtre pour un total de… 27 condamnations. Mais il est surtout, en dépit de ce qui vient de suivre, un HOMME LIBRE ! Oui LIBRE. Libre comme l’air. Cela se passe ainsi dans la France de 2018 où des gilets jaunes peuvent être arrêtés préventivement mais où la même procédure à l’encontre des fichés S est présentée comme impossible ou… illégale selon notre système judiciaire ! Nous sommes chez les fous. L’attentat de Strasbourg était parfaitement évitable.

Cherif Chekatt avait aussi la nationalité algérienne ! Or une écrasante majorité des Français approuvent l’expulsion des fichés S étrangers ainsi que la déchéance de nationalité pour les terroristes islamistes. Mais l’extrême gauche, la gauche et les partisans d’Emmanuel Macron sont opposés à cela. Combien de morts leur faudra-t-il pour que le pragmatisme l’emporte sur leur sectarisme idéologique. Honte à eux ! Enfin, et je finirais là-dessus, il est insupportable de voir que pour des raisons liées au dogme du fumeux précepte du « vivre ensemble », nos médias et les autorités refusent de diffuser sa photo bien qu’il soit identifié et toujours en liberté constituant une menace sérieuse pour la population. Les mots d’ordre « pas de stigmatisation » et « pas d’amalgame » l’emportent sur le principe de précaution le plus élémentaire pour la population dont la sécurité semble ne pas peser lourd devant le politiquement correct !

Laurent Dayona



Catégories :France

%d blogueurs aiment cette page :